A5 recto-09-1 web

chambre dcho 195x280cm web

Chambre d’écho I'huile sur toile 195 x 280 cm 2013 

Capture

Chambre d’écho I'huile sur toile 195 x 280 cm 2013


christine  jean

 galets meteor

Météors

prod expo Christine

VA18 150 220cm web

Voies anonymes #18 fusain sur papier 150 x 220 cm 2015


Au Bout du Monde

                                                                                                                                                                                        

"Mais le pays natal est moins une étendue qu'une matière ; c'est un granit ou une terre, un vent ou une sécheresse, une eau ou une lumière.

C'est en lui que nous matérialisons nos rêveries, c'est par lui que notre rêve prend sa juste substance ; c'est à lui que nous demandons notre couleur fondamentale".

Gaston Bachelard, L'eau et les rêves, éd. Corti 1942.


De sa naissance jusqu'à la fin de ses études à l'école des Beaux-Arts, Christine Jean a vécu au Havre avec le sentiment de grandir en même temps qu'une ville moderne,

posée au seuil du monde. Sa sensibilité a été formée par cette ville singulière : une ville portuaire, ouverte sur l'océan, sur l'ailleurs, une ville détruite en septembre 1944

par les bombardements anglais, reconstruite sur un plan orthogonal par l'Atelier d'Auguste Perret, une ville aux phénomènes atmosphériques prodigieux.

Ses premières émotions esthétiques sont liées aux éléments naturels, la mer et ses rythmes, le ciel, les nuées et les intempéries, le minéral à travers les galets qui parsèment le rivage,

les falaises de craie, les rides du sable, mais également à ce qui les scande, les alternances du jour et de la nuit, les différentes heures du jour, les variations saisonnières.

L'eau ainsi est le regard de la terre, son appareil à regarder le temps a écrit Paul Claudel.

Enfant, elle a fait l'expérience du regard, comme celle de l'éblouissante vision blanche du ciel et de la mer confondus à travers la meurtrière d'un blockhaus.

Plus tard, c'est en interrogeant cette relation ciel-terre qu'elle s'est investie dans la question du paysage, qu'elle a fait le parallèle entre contemplation de

la nature et contemplation de la peinture, entre les processus de la nature et ceux de la peinture. Ses recherches l'ont incitée à utiliser des matériaux

hétérogènes (corps peint/photographie, cuivre/encre/acide, mélange de matières), mais aussi à accueillir le hasard ouvrant une forme en devenir.

Les mouvements qui animent la nature ont influencé ses méthodes de travail : la fluidité, les forces du vent et de l'eau, se traduisent en actes dans la peinture,

en premier lieu par des gestes : jeter, étirer, superposer, effacer, disperser, diluer, répandre, capter l'imprévu et se l'approprier.

Peindre, c'est d'abord du temps qui devient de l'espace. Les variations de la lumière sur l'architecture de béton de sa ville natale ont aussi été un détonateur de sa pratique artistique :

rencontre de l'angle droit et du fluide, du solide et de l'instable, du permanent et du fugitif.

Les matières du paysage havrais portent également dans son souvenir le travail du temps et celui de l'humain : les nappes irisées flottant sur l'eau des bassins, les feux des torchères

de la zone industrielle, les goudrons sur la plage maculant les galets. Macula, la tache en peinture,c'est aussi la maille d'un filet a écrit Roland Barthes.

Avec le filet surviennent l'intervalle, l'interstice, l'acte de lier dans un seul état ce qui apparaît et ce qui disparaît.

Comme la nature le tableau est en devenir. Il se fait sans idée préconçue, sans schéma préalable, mais avec intuition et détermination. C'est le processus qui importe, oscillant entre intention et

hasard. Le résultat est une possibilité, une décision dans l'inachèvement, un parcours temporel lié à la matière, un événement.

Production autre et La Glacière présenteront un ensemble de travaux de Christine Jean s'étalant sur

une dizaine d'années, peintures, lavis d'encre, dessins ainsi qu'une installation de 1003 pièces de terres cuites

émaillées et une vidéo. L'encre, l'huile et le fusain sont les moyens mis en oeuvre pour réaliser des séries qui ont pour

questionnement la vision des mouvements et des formes de la nature.


Lieu-dit La Fosse Marant huile sur toile 200 x 280cm 2006
Lieu-dit La Fosse Marant huile sur toile 200 x 280cm 2006
N°6 mer des humeurs 194x290cm
N°6 mer des humeurs 194x290cm
Voies anonymes #18 fusain sur papier 150 x 220 cm 2015
Voies anonymes #18 fusain sur papier 150 x 220 cm 2015
Chambre d’écho II huile sur toile 195 x 280 cm 2013
Chambre d’écho II huile sur toile 195 x 280 cm 2013
Chambre d’écho I huile sur toile 195 x 280 cm 2013
Chambre d’écho I huile sur toile 195 x 280 cm 2013
Galerie Production autre
Galerie Production autre
Voies anonymes #4 fusain sur papier 196 x 210 cm 2015
Voies anonymes #4 fusain sur papier 196 x 210 cm 2015
Voies anonymes #4 fusain sur papier 196 x 210 cm 2015
Voies anonymes #4 fusain sur papier 196 x 210 cm 2015
Des rayons et des ombres (VH) huile sur toile 146 x 97 cm 2017
Des rayons et des ombres (VH) huile sur toile 146 x 97 cm 2017
La paume 195x295 cm
La paume 195x295 cm
Shaoshan I huile sur toile 162 x 256cm 2016
Shaoshan I huile sur toile 162 x 256cm 2016
Soleils noirs têtes brulées huile sur toile 200 x 180cm 2016
Soleils noirs têtes brulées huile sur toile 200 x 180cm 2016